Comité du suivi BIP Noun : Marginalisés, les élus de l’UDC déclarent.

Déclaration des députes et maires UDC du Noun contre les abus et mépris dont les élus issus de l’UDC sont continuellement victimes de la part des autorités administratives.

Nous, Députés et Maires UDC du Département du Noun :

Considérant les abus et mépris quasi permanents dont sont victimes, les élus issus des rangs de l’Union Démocratique du Cameroun, UDC, dans le Département du Noun de la part des Autorités en charge de la gestion du Département Noun et de la Région de l’Ouest, voire au niveau National, lesquels abus et mépris s’illustrant par :

– La tendance au refus systématique de la parole aux élus issus des rangs de l’UDC lors des cérémonies officielles où l’usage général dans le pays, est la prise de parole automatique des élus. A titre d’illustration, le Maire de Foumban s’est vu priver du droit d’adresser le mot de bienvenue au Préfet entrant et d’aurevoir au Préfet sortant du Noun en 2020 au profit d’une « élite » curieusement présentée dans le programme comme « porte – parole de la population ». Madame le Maire n’a pu prendre la parole que grâce à la forte réaction du public. Cela n’avait pas suscité la réaction du Gouverneur de l’Ouest qui s’est montré plutôt contre la population qui avait réagi contre le refus de la parole à Madame le Maire ;

Plus grave, l’« élite » membre du Parti au Pouvoir, a tenu un discours après celui du Maire; point besoin de signaler que pour les mêmes cérémonies présidées par le même Gouverneur dans d’autres départements de la région, ce sont les Maires qui ont pris la parole pour les mots de bienvenue et d’au revoir. Pendant les obsèques du Fon Mbouombouo Njoya, le Protocole – en présence du Premier

Ministre- au lieu de l’intervention du Maire, a encore « préféré » inscrire celle d’un « porte parole » des populations ;

– Des fréquentes interpellations, détentions et condamnations abusives et généralement sur commande, des militants et responsables de l’UDC dans le Département du Noun ;

– L’agression restée impunie, de l’honorable Porte-parole des Députés UDC, et Membre du Bureau de l’Assemblée Nationale, au Bureau de vote de l’Hôtel des finances le jour du double scrutin législatif et municipal, le 09 Février 2020, par les sbires du pouvoir traditionnel du Noun, devant des autorités qui n’ont pas daigné la protéger, alors qu’elle était en tournée de supervision du double scrutin, en sa qualité à la fois de candidate, Tête de liste UDC du Noun -centre pour les élections législatives, et de « All Access » dument accrédité par ELECAM conformément à la loi électorale ;

– Considérant l’agression du Maire de Foumban, la voie de fait sur sa personne et sur son véhicule, toujours par les mêmes sbires du pouvoir traditionnel, à la Porte d’Entrée de Foumban et sous les regards passifs des autorités pourtant supposées protéger les institutions républicaines et les personnes qui les incarnent ;

– Considérant les dispositions de l’Article 14 du Décret n°2013/7987/PM du 13 Septembre 2013 portant création, organisation et fonctionnement des Comités Départementaux de Suivi de l’Exécution Physico – Financière de l’Investissement Public, qui confie à un Parlementaire, la Présidence de ce Comité dans chaque Département ; Dispositions qui expriment ainsi le souci d’asseoir la légitimé et la gouvernance de ces Comités sur la représentation des populations bénéficiaires de ces investissements ;

– Considérant que le Département du Noun a cinq sièges de Députés répartis dans deux circonscriptions électorales dont une plus petite, dite Circonscription spéciale du Noun – Nord, couvrant le seul territoire communal de Magba et disposant d’un siège de Député sur les cinq que compte le Département, et une plus grande circonscription, dite Circonscription du Noun-Centre, couvrant les territoires de 8 Communes dont les 4 plus grandes Communes du Noun que sont Foumban, Foumbot, Malantouen et Njimom, ainsi que les Communes de Bangourain, Koutaba, Kouoptamo et Massagam, disposant de 4 sièges de Députés sur les cinq que compte le Noun ;

– Considérant que seul le Député de la plus petite circonscription électorale à Magba, est issu du Parti au Pouvoir tandis que tous les 4 Députés du Noun -Centre, dont un Membre du Bureau de l’Assemblée Nationale, sont issus des rangs de l’UDC. ;

– Considérant que le Comité Départemental de Suivi de l’Exécution Physico-Financière de l’Investissement Public du Noun a régulièrement été présidé par un Député du Noun- Centre, Membre du Bureau de l’Assemblée Nationale, jusqu’à ce qu’en 2019, le Préfet du Noun d’alors, en violation de la loi, par « coup de tête », abus, à l’instar de nombreux autres, de ses agissements, a cru devoir imposer le seul Député issu du Parti au Pouvoir et élu de la plus petite circonscription électorale du Département ;

– Considérant que cet autre acte non isolé de la part de ce Préfet avait suscité la colère de la population qui voulait manifester et que c’est le Président National de l’UDC, le Dr Adamou NDAM NJOYA qui avait calmé cette colère et éviter la manifestation projetée ; D’ailleurs, et depuis lors, toutes ses manigances lui ont valu de quitter le Département sans plus avoir aucune relation normale et constructive avec les Élus ; Au jour d’aujourd’hui, il doit répondre au Tribunal Administratif ;

– Considérant que ces agissements sont souvent commandés tapis dans l’ombre par nos adversaires du Parti au Pouvoir de connivence avec ces autorités administratives hélas, partisanes, et visent à mépriser et écarter les élus de l’UDC ;

– Considérant l’installation du Nouveau Préfet du Noun en 2020 ;

– Considérant la Décision Préfectorale n° 001/DP/F32/SAG du 18 Mars 2021 de Monsieur le Préfet du Noun, qui a à nouveau reconfié la Présidence du Comité de Suivi de l’Exécution

Physico – Financière de l’Investissement public du Noun au Député de Magba, seul Député membre du Parti au Pouvoir dans le Noun,

– Considérant la correspondance du Député Porte-Parole des Députés UDC à l’Assemblée Nationale, adressée au Préfet du Noun le 14 Janvier 2022 et reçue aux services du Préfet, le 17 Janvier 2022, dans laquelle il attire la haute attention du Préfet sur le caractère illégal et partisan de la décision de son prédécesseur et l’invite à rectifier cet impair et forfaiture de son prédécesseur ;

– Considérant que dans la correspondance du 14 Janvier 2022, le Député Porte-parole des Députés avait suggéré à Monsieur le Préfet, sur les problèmes que pose la composition du Bureau du Comité de Suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public dans le Noun et suggéré les voies de résolution dont la nomination d’un Député er du Noun centre, notamment celui qui est le seul membre du Bureau de l’Assemblée Nationale issu du Noun, aux fonctions de Président de ce Comité ;

– Considérant qu’à la surprise générale de la population du Noun et des élus UDC, cette responsabilité vient à nouveau d’être confiée au même Député de Magba et que pis encore, le Député Membre du Bureau de l’Assemblée Nationale figure parmi les membres de ce

Comité de Suivi, au mépris flagrant de la préséance à l’Assemblée Nationale et dans tous les parlements où il n’est pas envisageable qu’un Député membre du bureau soit présent et qu’un député non-membre du bureau préside une réunion.

Concluons que les Autorités veulent perpétuer le mépris et le ridicule des Elus issus des rangs de l’UDC dans le Noun, Tenons à en exprimer notre ras-le-bol ; Prenons l’opinion publique à témoin ;

Demandons à la population, de rester calme pour le moment face à ces mépris et abus répétés contre ses légitimes élus ;

DECIDONS A COMPTER DE CE JOUR, 20 AVRIL 2022

  1. D’empêcher par tous moyens légitimes, la tenue des réunions du Comité Départemental de Suivi de l’Exécution physico-financière de l’Investissement Public du Noun, tant que la configuration actuelle de son Bureau n’est pas rectifiée pour respecter la légitimité et la légalité ;
  2. De suspendre dans toutes les communes dirigées par les élus issus de l’UDC, toutes les activités du Comité Communal de suivi de l’exécution physico – financière de l’Investissement public jusqu’à ce que la question préalable de la gouvernance du Comité Départemental de Suivi physico-financière de l’Investissement Public du Noun, soit traitée tel que demandé au point 1 ci-dessus ;
  3. De mettre en garde les impostures du genre intervention du « Porte-parole des populations » ou « Elite », invraisemblablement « Maire-Bis » lors des cérémonies pendant lesquelles le Protocole de la République doit être respecté ;
  4. Restons et demeurons attachés aux valeurs républicaines de l’unité nationale, de l’équité dans la gestion des institutions, de la paix, de la justice sociale et de la stabilité.

Fait à Foumban, le 20 Avril 2022

Ont signé (voir liste en annexe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 8 =