Commune de Dschang/ Double distinction pour le maire Jacquis Gabriel Kemleu.

« Meilleur acteur du processus de décentralisation au Cameroun 2020 » et «  Meilleur maire de l’Afrique Centrale ». Deux distinctions  que la Société Civile a décernées  au maire de la commune de Dschang. C’était le 8 Janvier 2021 au cours d’une cérémonie sobre, organisée dans la salle des actes de la mairie.

Ils  entrent en fonction le 28 Février 2020, jour de la session de plein droit au cours de laquelle Jacquis Kemleu et ses camarades  furent élus maire et adjoints. Dans son discours de circonstance, le nouvel édile de Dschang dévoile de nom du mandat que le peuple leur a confié le 9 Févier 2020. Il le baptise la « Mandature des défis » avec des « Conseillers référents ».

Les priorités du nouvel exécutif de la commune de Dschang se déclinent en quatre axes majeurs : Assainissement de la ville, Amélioration de l’offre en eau potable, Relèvement de l’offre en énergie et Viabilisation des infrastructures sanitaires, routières et de communication. Et pour y parvenir, il faut une organisation interne de la mairie ; deux secrétaires sont mis à la disposition de ses adjoints. Ensuite, les services de l’institution sont digitalisés. Le logiciel SIMBA est utilisé pour arrimer la commune de Dschang au système comptable national. Ainsi, pour garantir l’atteinte des objectifs, toute la chaîne comptable et financière  est mise à l’école de FEICOM. Le système de recouvrement des recettes est subit une restructuration et l’assiette fiscale élargie grâce à la maîtrise du fichier des contribuables. Les résultats sont palpables.

http://Lire aussi: http://devinfo237.com/commune-de-dschang-budget-2021-3-151-369-186-francs-cfa-une-hausse-de-lordre-de-95-par-rapport-a-2020/

Conseiller municipal de la mandature précédente, Jacquis Kemleu est conscient des qualités intellectuelles dont a toujours bénéficiées le conseil municipal de Dschang et qui malheureusement, ne lui ont pas aussi apporté que du bonheur. Comme dirait l’adage «  l’excès d’intelligence tue l’intelligence ».  Le secrétaire général de l’Association des Raffineurs des Oléagineux du Cameroun et président du comité d’Orientation du Centre Technique de l’Agroalimentaire du Cameroun doit d’abord maîtriser son conseil municipal qui renferme en son sein plus de docteurs, doctorants et ingénieurs qu’aucun autre des 360  n’en disposerait.  Et ceci doit passer par le langage de vérité et le suivi des activités des membres de l’organe délibérant. D’où le concept « conseiller référent » « C’est une façon de montrer au Cameroun, aux populations de Dschang qu’un conseiller, c’est pas pour les sessions. C’est un travail quotidien. Un conseiller, c’est quelqu’un qui vient des quartiers, d’un groupement et il donc appelé au quotidien à relever les défis qui sont mis en exergue par les populations dont il a la responsabilité » Explique le maire Jacquis Kemleu.

Sur le plan sanitaire, il commence par la remise des dons personnels, promesses de campagnes : deux (2) ambulances dont une à l’hôpital de district de Dschang et une autre à la commune. Un extracteur d’oxygène, d’un défibrillateur automatique et d’un scanner à la même formation sanitaire.

Ses projections ambitieuses sont aussitôt confrontées à la survenue de la pandémie de coronavirus, face à laquelle tout le conseil municipal doit se montrer résilient.  Avec l’appui des partenaires et amis, la commune de Dschang va se  déployer sur le terrain, couvrant  presque  tout son territoire avec le  nécessaire pour riposter contre la Covid – 19.  Cette crise sanitaire  va faire éclore le déficit en eau potable qui couvait depuis longtemps. Deux forages sont réalisés sous la supervision technique des étudiants en géologie appliquée de l’Université de Dschang « question de ressouder les liens entre l’université et la commune de Dschang comme annoncé au début de la mandature »  Indique le magistrat municipal. Ces ouvrages hydrauliques vont marquer  le début de la campagne d’amélioration de l’offre en eau, qui va s’intensifier avec la réalisation de quelques points d’eau.  Malgré les efforts de la commune, Dschang n’a pas encore étanché sa soif ; les besoins sont énormes même si les avancées en 10 mois d’exercice sont reconnues par une bonne frange de la population.

Les infrastructures routières sont améliorées avec la constructions des ponceaux et réhabilitation de routes communales ; avec l’appui de l’Etat à travers le BIP. La mairie a acquis une tractopelle neuve et l’achat d’une niveleuse est envisagé courant exercice en cours. « Nous apprécions et encourageons  le maire pour ce qu’il est en train de faire. Mais, nous attendons qu’il réhabilite les routes. Nous en avons besoin » Avis de Charles, vendeur de livres au marché du centre ville de Dschang.

L’Assainissement de la ville de Dschang est l’un des axes majeurs que le  maire Kemleu tient comme à la prunelle de ses yeux. Dès la prise de leurs fonctions, un nouveau schéma directeur pour la collecte des déchets est réalisé, avec transfert total des gestions jadis éparpillées,  à l’Agence Municipale de Gestion des Déchets, créée en 2014. L’AMGeD a désormais la coudée franche pour opérationnaliser ses initiatives, ce d’autant qu’elle a été doté des moyens logistiques minimum pour collecter efficacement les ordures ménagères et ravitailler  les sites de Ngui et Siteu. Le budget 2021 de cet établissement annexe communal passe à 187 510 000 frs cfa. Les capacités de compostage des déchets vont se renforcer malgré la vétusté et l’archaïsme  des outils de travail. Afin de moderniser le traitement d’ordures collectées, une unité du tri semi automatique des déchets est acquise via la coopération Nantes – .commune de Dschang.

http://Lire aussi: http://devinfo237.com/commune-de-dschang-vers-la-modernisation-du-traitement-des-dechets-avec-le-val-box/

L’offre en énergie est aussi enclenchée par le conseil municipal. Un financement de la Suisse de près d’un milliard f cfa est obtenu pour l’électrification du groupement Fotetsa. Suivra celui de l’Agence Française de Développement (AFD) qui sera investi dans la construction et réhabilitation de trois microcentrales.

Entre autres ce qui mérite d’être rangé dans la gamme  des lauriers,  Dschang vient d’être retenue par l’ambassade de France comme ville devant abriter le  laboratoire national de la décentralisation.

Le maire de la commune devra aussi apporter son expertise au vaste projet qu’entend implémenter Augustin Tamba, président national des Communes et Villes Unies du Cameroun(CVUC). La double distinction décernée le 8 janvier 2021 respectivement par l’Association de la Presse pour la Promotion et le Développement et l’OSC Jeunesse Panafricaine  au maire Jacquis Gabriel Kamleu Tchabgou n’est pas une consécration, davantage un encouragement dans cette dynamique qui voudrait que les maires explorent et valorisent leurs potentialités. Beaucoup reste à faire  pour convaincre les sceptiques encore nombreux dans cette commune réputée frondeuse. L’exécutif et le conseil municipal de Dschang en sont conscients.

© Alexis YANGOUA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 12 =