Décentralisation et état civil : Un réseau de journalistes créé

Le milieu médiatique camerounais vient de s’enrichir d’une nouvelle organisation professionnelle. Il s’agit du Réseau des journalistes et Celcom des CTD pour la promotion de l’état civil, de la décentralisation, du développement local et des activités des élus locaux, en abrégé RJ2CPDAE.

Après plusieurs mois de réflexions et d’échanges, les textes le régissant ont été adoptés en janvier 2021 et le Bureau exécutif national (BEN) constitué au cours d’une assemblée générale, tenue par visioconférence. Il est présidé par Dimitri Wouassom Tchatchoua, plus connu sous l’appellation Demetrio Wouassom. C’est un expert en communication des collectivités territoriales décentralisées (CTD), actuellement chef de service de communication et relations publiques de la mairie de Kribi 2e, dans la région du Sud. Il est entouré de 4 vice-présidents qui l’accompagnent dans l’accomplissement de ses missions : Pierre d’Assises Ondoua (opérateur principal de développement et management des CTD), Estelle Ndongo Nkollo (diplômée en décentralisation option état civil), Lionel Modjo Fotso (expert en communication des CTD) et Éric Nguele (Journaliste à Canal 2).

D’après le président du RJ2CPDAE, l’idée de créer ce réseau est née de la volonté des membres fondateurs « d’accompagner l’accélération du processus de décentralisation, tout en promouvant l’état civil, le développement local, le développement participatif, ainsi que les activités des élus locaux ». Le BEN- le bureau exécutif national, qui compte au moins une quinzaine de postes, devra s’appuyer sur l’expertise certaine de ses membres pour atteindre les objectifs fixés. Il est question, pour cette association à but non lucratif, apolitique et s’interdisant tout discours religieux ou tribal, de promouvoir l’état civil, le développement local au Cameroun, la décentralisation et les activités des élus locaux. Il s’agit aussi de mobiliser et distribuer les ressources pour les travaux d’intérêt communautaire à travers le pays ; de poser un regard critique et faire des propositions pour améliorer les conditions de vie des populations ; tout en conseillant les élus locaux en matière de communication territoriale…

La tâche est ardue. Mais, le réseau a une vision claire et a déjà fixé le cap pour les cinq prochaines années. Son plan d’actions, qui court jusqu’en 2026, va de l’acquisition des locaux à Yaoundé où se trouve son siège, à la création d’organes de presse pour promouvoir les activités des élus locaux et des CTD. En passant, entre autres, par l’organisation de séminaires de renforcement des capacités de ses membres sur des thématiques liées à la décentralisation ; des campagnes de sensibilisation des populations sur le développement participatif et la gratuité des actes d’état civil; l’organisation des séances d’investissement humain ; ou encore l’appui aux comités d’animation et de développement dans les collectivités. La liste n’est pas exhaustive.

Le tout premier BEN du Réseau des journalistes et Celcom des CTD pour la promotion de l’état civil, de la décentralisation, du développement local et des activités des élus locaux est attendu au pied du mur.

*Par Alain Noah*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 8 =