La succession du Sultan Bamoun : Un Bagam invite ses frères et sœurs à l’école Bamoun.

Depuis le décès de Fouo Simo Tenkue Zossie Jean Marie, le 23 Mai 2020, trois princes ont été déjà à la case initiatique pour lui succéder. Aux dernières nouvelles, le prince Tendop Zossie Simo Dieudonné n’aurait pas tenu. C’est le prince Mouayebe Zossie Mathurin Paul Biya qui serait au trône, installé par la population. La leçon que retient Firmin NDEFRE, fils Bagam, de la succession sans histoires du sultan S M Ibrahim Mbombo Njoya.

Il y a quelques jours, l’on apprenait la disparition du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya  en France sur les ondes des radios et télévisions.

 Premier fait marquant : le porte parole du sultanat fait une déclaration selon laquelle, jusqu’à l’instant le peuple n’est au courant de rien. Il y a une seule personne d’après les  » *us et coutumes »* pour l’annonce. Plus tard celui-là l’a fait.

Le même jour où on véhicule la rumeur, il est annoncé que le prince héritier serait M. NfonRifum Mbombo Njoya Nabil.

Deuxième fait majeur : un responsable du sultanat fait une sortie pour indiquer que seule la caste des Nkom est la seule au regard des us et coutumes qui a cette charge d’arrestation en nocturne et la présentation du nouveau souverain. Ce qui s’est passé dans la nuit des obsèques officielles et la présentation au peuple dimanche.

Prince Mouayebe Zossie Mathurin Paul Biya( au lieu initiatique)

LEÇONS :

1- Seuls les us et coutumes Bamoun ont été suivis.

2- Seuls les notables coutumièrement compétents ont assumé leurs rôles respectifs en respect des us et coutumes.

3- Les élites Bamoun ne sont intervenues que pour l’organisation des obsèques officielles sans immixtion dans les affaires relevant des us et coutumes.

4- Nulle part, le Préfet du Noun ne s’est impliqué dans ce processus d’arrestation du nouveau souverain. Il a signé un communiqué portant sur le programme tel que les responsables du sultanat l’avaient élaboré.

Il n’y avait pas de quoi le peuple Bamoun ne pouvait pas malgré la douleur dire en cœur à l’unisson, le  » Roi et mort vive le Roi » dans l’allégresse la plus totale.

prince Tendop Zossie Simo Dieudonné (Jour de son arrestation)

La leçon est donc servie aux Bagam aujourd’hui déchirés du fait de la forte implication de l’ancien Préfet  qui avait des accointances connues avec une princesse.  La leçon est servie à ces élites positionnistes qui se sont substituées aux notables habiletés par les us et coutumes Bagam en acceptant accompagner la forfaiture pour certains et d’autres tout en achetant on ne sait trop quoi avec de l’argent. La leçon est servie à ces simples serviteurs et notables non assujettis qui, sous l’effet de l’argent se sont attribués les rôles qui ne leurs sont pas dévolus par les us et coutumes.

Bagam souffre de cela aujourd’hui. Chacun rendra certainement compte un jour même à sa propre conscience.

La paix dans la vérité.

Lire aussi: http://devinfo237.com/chefferie-bagam-en-un-an-trois-princes-deja-initiesun-trone/

Firmin NDEFRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 21 =