Bandjoun / Feu Victor FOTSO : Il s’agira d’abord des obsèques traditionnelles

Malgré la dissidence exprimée d’une faction de la famille, les obsèques du patriarche Victor Fotso auront lieu le 20 Juin 2020 à Bandjoun. L’information est de la commission d’organisation à pied d’œuvre à sa résidence de Mbouo à  Bandjoun.

Arrivé au terme de sa vie le 20 Mars 2020 à Paris, le milliardaire Victor Fotso ne cesse d’alimenter l’actualité nationale. Chose somme toute normale pour un homme de sa stature qui, durant son séjour terrestre a côtoyé le sommet de toutes ses entreprises : Les affaires, la politique et la famille (polygamie). Tous ces événements qui se succèdent au tour du décès du fils très prodigue du quartier Hiala, peuvent être perçus comme des phénomènes normaux  dont le contraire aurait été une surprise.  Le premier épisode s’est joué le 11 Mai 2020 avec l’élection de Nicky Love Maptuè Fotso à la tête de la mairie de Pete – Bandjoun. 1er adjoint sous les rênes du maire Victor Fotso, elle aura la charge de parachever les promesses de campagne électorale de son prédécesseur par ailleurs  géniteur. Mais, la succession du défunt édile de Pete – Bandjoun  n’aura pas été une sinécure. De son vivant, l’homme était un mythe face auquel  personne d’osait afficher un affront. Le baobab tombé, chaque arbrisseau qui a longtemps végété sous son tronc  pouvait  légitiment  nourrir les ambitions de le remplacer,  même au prix de l’ingratitude. C’était sans compter avec la machine politique du RDPC.

L’annonce de ses obsèques pour le 20 Juin 2020, a mis la famille en branle, déclenchant ainsi le second épisode. Fotso John, l’un de ses progénitures entre en dissidence avec une frange d’épouses alignées à sa suite tel un cheptel. Elles sont 18 femmes du défunt qui ont apposé leurs signatures sur  « une demande de non délivrance d’autorisation d’entrée de la dépouille de Victor Fotso à toute  autre personne que Fotso John » adressée au consul général de l’ambassade de la République de Cameroun à Paris. Ils motivent leur demande par le fait que la procédure entreprise par certains membres de la famille se serait faite à l’insu de la majorité. 18 sur 25 veuves ont approuvé l’initiative de John Fotso et la majorité de près de 120 enfants se serait ralliée à lui.

A la résidence de Mbouo – Bandjoun, les organisateurs ne semblent pas être concernés par les agissements de John Fotso et son collectif de non au hold up de la dépouille de Fo’o Nyamgouong. C’est avec sérénité que le programme se peaufine. Les membres du comité se recrutent dans famille et parmi amis du défunt, aussi  le clergé et les autorités  administratives. Ils sont bel et bien au courant de la confusion qui se susurre. « Il n’y a pas deux équipes qui pilotent  les obsèques de notre patriarche, il y a une équipe qui est habilitée  à le faire et c’est cette équipe là que nous devrons suivre. Ceux qui ne sont pas là ont eu des empêchements » indique un autre patriarche et ami du défunt, le Professeur Lazare Kaptuè par ailleurs maire de Ndemdeng « Vous connaissez qui était le patriarche Fotso Victor, c’était un monument. C’est pour dire que, si ce n’était pas le coronavirus, toute la République devrait être ici par ce que le patriarche n’a pas travaillé seulement pour Bandjoun. Comme vous le savez, c’était un chef, Fo’o Nyapgouong. Nous allons l’enterrer comme on enterre un chef. N’importe qui ne vient pas à l’enterrement d’un chef. Il y a des spécialistes qui enterrent le chef. Nous allons l’enterrer et après, quand le coronavirus sera parti, nous allons organiser les obsèques officielles où toute la République viendra pour pleurer leur héros » a-t-il précisé. L’abbé Sephirin Moumbé fait partie du comité d’organisation, représentant l’évêque de Bafoussam. « L’évêque a été informé hier de la date du 20 Juin qui est retenue pour les obsèques du patriarche Victor Fotso que nous lamentons tous  et il m’a contacté pour dire que la famille est venue l’informer. Je suis venu à cette rencontre pour intervenir sur le plan liturgique. Le programme a été déjà établi par la famille ».

D’autres épisodes de guéguerre suivront avec plus ou moins les mêmes acteurs. La bataille successorale chez les Fotso n’aura pas lieu, le patriarche aura formellement tranché ce dossier bien longtemps avant son décès nous a-t-on confiés. Mais, avec plus de 120 enfants et  plus de 25 épouses, l’administration des biens pourrait connaitre quelques tumultes. La dissidence actuelle étant perçue comme un présage. Sur le plan politique, il faudra une autre rixe en interne au parti pour choisir le nouveau chef de la délégation permanente départementale du comité central pour le Nkoung – Khi. Le Pr Lazare Kaptuè qui secondait le défunt à ce poste et qui  pourrait lui succéder au regard de son expérience, n’aurait plus l’assentiment de certains de ses camarades pour s’être impliqué dans le choix du maire de Pete – Bandjoun en faveur de la fille de son ami. Le clan perdant de la guerre du 11 Mai 2020, entend porter la bataille pour arracher cet appareil politique local. Le comité central devra prendre une décision et faire appliquer la discipline du parti.

Une autre séquence de la succession de Victor Fotso se passera aux Communes et Villes du Cameroun (CVUC) branche de l’Ouest dont il fût président. Si pour autres héritages, les postulants se bousculaient au portillon, le démembrement Ouest de  l’association des maires du Cameroun pourrait prendre un coup, faute de leader. Sans véritable fonds et avantages matériels directement liés à la fonction, beaucoup pourraient décliner l’offre, quand on sait combien Victor Fotso y investissait de ses propres ressources. Le Salon des Communes de l’Ouest (SACO) dépendait pratiquement de l’appui personnel du milliardaire – maire de Pete – Bandjoun. Peut être qu’il faudrait  cette fois faire la cour à Madame le maire Nicky Love Maptuè Fotso afin qu’elle accepte les CVUC comme faisant partie des réalisations inachevées de son géniteur. Ainsi, le Maire Fozang de la commune de Penka Michel pressenti remplacer le maire Charles Tchoumtchoua Djadjo au poste de Secrétaraire Général des CVUC Ouest, devra peut être réviser ses rêves.

Toutes ces péripéties qui jalonnent la succession du patriarche Victor Fotso sont pour ainsi dire consubstantielles aux entreprises qui auront marqué sa vie. Tout compte fait,une union sacrée devrait s’imposer autour de l’événement du 20 Juin 2020 car il s’agira du dernier séjour terrestre du Patriarche Victor Fotso, le promoteur de tout ce pourquoi  les uns et les autres  se crêpent les chignons.

© Alexis YANGOUA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 27 =