Diplomatie : Les adieux du Président Paul Biya à son S.E. Christophe Guilhou.

L’Intègre et le Sage: Le clap de Fin. L’ultime coup de plume de l’honorable Dr Me Fostine Fotso.

L’apothéose ! La consécration ! Tout cela a eu lieu ce mardi, sur le coup de 15 h sonnantes, en haut lieu : au Palais de l’unité, en présence du maître des lieux, le Président Paul Biya en personne, pas moins. SEM Guilhou, l’Ambassadeur français en fin de séjour était reçu avec tous les honneurs par le Chef de l’État souriant, qui affichait ainsi tout le plaisir et l’aise à recevoir son hôte. Quel honneur, quel happy end pour ce brillant diplomate qui a œuvré pendant 3 années à porter au firmament les relations franco camerounaises. Il ne pouvait mieux clôturer son séjour au Cameroun. Après la prestigieuse médaille à lui décernée sur hautes instructions de l’homme-lion, c’est un aurevoir rêvé qui a suivi majestueusement. Un exploit quand on réalise que rien n’obligeait le président à rééditer son acte, car il y a moins de 2 mois que Monsieur Guilhou était reçu au même endroit, de manière tout aussi empreinte de convivialité et de dignité. C’est dire combien notre président apprécie Monsieur Guilhou, avec qui le courant passe bien. Ben oui ! 11 fois, je dis bien onze fois que l’ambassadeur est reçu pendant son mandat de 3 ans par SE Paul Biya. Soit une moyenne de 4 audiences pratiquement par an, une audience tous les trimestres. C’est tout dire. Comme prouesse, on fait difficilement mieux. Combien d’ambassadeurs dans le monde peuvent s’en targuer ? Surtout qu’il y a eu la pandémie à corona virus qui a limité les contacts physiques. Chapeau ! Monsieur l’ambassadeur. Pas étonnant que le président Macron vous ait appelé à de plus hautes fonctions, en vous confiant la responsabilité de la gestion du développement durable à un niveau mondiale, poste où vous aurez certainement à travailler étroitement, sinon chapeauter les actions de l’Agence française de développement dans le monde et au Cameroun en à coup sûr. De quoi laisser bouche bée vos détracteurs, pour la plupart des demandeurs éhontés de couloir du visa français. Non, ça n’a pas marché, ça ne pouvait marcher avec l’homme intègre, affable mais rigoureux que vous êtes. Les Présidents Biya et Macron ne s’y sont pas trompés qui vous ont manifesté et renouvelé leur totale confiance. Vous pouvez être fier de vos actes, de votre parcours. Vous avez semé la bonne graine, et les fruits  récoltés ont d’ailleurs reflété  la promesse des fleurs. Déjà, la venue du Président Macron augurait d’une suite heureuse. Rien n’était gagné d’avance. Vous avez relevé le défi, et mené à bien. Il ne restera que les larmes de leur corps, à tous ceux qui se seront évertués sans scrupules à se faire  fossoyeurs des relations entre le Cameroun et la France. Des relations énergiques qui sont appelées à se transformer certainement à propos, mais sans jamais s’essouffler, et encore moins se perdre. Je m’en doute, dans vos nouvelles fonctions, vous aurez probablement sur votre bureau plus d’un dossier du Cameroun que vous connaissez et chérissez bien, pour l’avoir parcouru dans tous les sens. Vous êtes gravé dans nos gênes, vos actes et œuvres aussi, continuez à porter le Cameroun dans votre cœur. Le Président Biya, au nom du peuple du triangle, l’a éloquemment  prouvé ce soir. Nous vous disons non pas adieu, mais à bientôt, Inch’Allah ! Que du bonheur et du succès dans votre nouveau poste que vous avez amplement mérité. Votre passage au Cameroun a été fort remarquable, fructueux.  Merci Excellence, Monsieur l’Ambassadeur. Nous nous réjouissons que notre pays vous ait porté chance. Normal, après tout ce que vous lui avez apporté, malgré la frondeuse  compulsive de quelques compatriotes grincheux.

Il faut dire que depuis le dernier cocktail organisé par l’Ambassadeur de France au Cameroun dans la Résidence de France, son retour annoncé était pour le dimanche 25/09/2022. Mais dans les pratiques diplomatiques, il n’était pas normal que le diplomate quitte le pays sans se rendre auprès du patron de la diplomatie Camerounaise pour un aurevoir en toute beauté clôturant son séjour au Cameroun. À rappeler d’ailleurs qu’à son arrivée en 2019, S.E Christophe Guilhou avait présenté ses lettres de créances et celles qui rappelaient son prédécesseur, au Chef de l’Etat S.E Paul Biya. C’était la prise effective de fonctions de ce diplomate au Cameroun comme représentant du Président Macron et du peuple français en général.

Le Chef de l’Etat, patriarche en véritable Africain, a vu bon une nième fois comme souligné plus haut, de recevoir ce valeureux diplomate qui quitte notre pays  définitivement. Un fils adoptif du Cameroun. Eh oui, il l’a prouvé dans ses agissements et ses fréquentations.

La cérémonie d’aurevoir était d’ailleurs couronnée par une remise de cadeau par le Président Biya à S.E Christophe Guilhou: le  présent, un palmier merveilleusement sculpté ou moulé, bourré de symboles. Pourquoi ce cadeau si mystérieux?

Il faut relever que par ce présent, l’Ambassadeur de France comprendra  encore mieux  les discours du Président Paul Biya, qui rappelaient aux jeunes de retourner à la terre. Que la terre regorge d’énormes richesses. D’où sa célèbre phrase à la jeunesse du Cameroun : » chers jeunes, je vous exhorte à retourner à la terre, car la terre ne trompe pas ».

S.E Christophe Guilhou a certainement compris par là aussi, qu’en politique économique au Cameroun, le  Président Biya  a toujours prôné l’import-substitution. C’est à dire limiter les importations au profit des produits internes:  » le consommons Camerounais ». Le Chef de l’État interpelait déjà la population Camerounaise en disant : » nous devons consommer ce que nous produisons et produire ce que nous consommons ».

S.E Christophe Guilhou  durant son séjour, a été de tous les instants aux côtés du Cameroun dans l’appui à la politique de réduction des importations. Des appuis à travers L’AFD ont été apportés à l’Etat du Cameroun sur la transformation agricole. C’est  à dire le passage de l’agriculture rudimentaire à celle de seconde génération (mécanique). Condition idoine pour réduire le déficit de notre balance commerciale, créer des emplois, et plus loin, générer de la valeur ajoutée une fois les inputs en quantités suffisantes, et entrer de plain pied dans l’industrialisation auto induite.

Ainsi, le présent que l’Ambassadeur de France a reçu du Chef de l’État du Cameroun est symbolique certes, mais il parle au peuple français en particulier (le transfert de technologie), mais aux camerounais en général et rassure toutes les parties que la richesse pour le développement économique du Cameroun réside dans son sol.

La coopération, l’amitié  France -Cameroun  montre encore ce jour son bon état de santé, malgré ceux qui, tapis dans l’ombre dans toutes les strates (politique, administration, gouvernement, société civile…) de la société Camerounaise, ont voulu noircir cette image en général, et ces deux personnalités en particulier, sans oublier le Chef de l’Etat français S.E Emmanuel Macron.

Ces détracteurs n’auront donc que bu de la  honte, après cet autre grand acte  que le Chef de l’État du Cameroun a bien voulu poser en ce mardi 27/09/2022.

À Monsieur l’Ambassadeur, nous dirons : quelques individus ont voulu perturber votre séjour, mais le peuple camerounais et son Président au premier Chef ont reconnu à sa juste valeur le travail abattu dans la consolidation des relations d’amitié, de coopération entre le Cameroun et la France. Un patriarche ne récompense pas un ambassadeur médiocre, qui n’a pas fait son travail,  qui n’a pas été loyal…..

Le peuple camerounais et les gardiens de sa tradition n’anoblissent pas des hommes sans réelles valeurs humaines. Mais au Cameroun, vous avez eu tout cela. C’est dire que le peuple camerounais vous a adopté et son Président avec, malgré les quelques brebis égarées camouflées dans l’ombre du mal. Mais comme nous sommes en démocratie, seule la majorité gagne. Excellence Monsieur l’Ambassadeur, retenez que la majorité du peuple camerounais était avec vous, est avec vous et vous gardera dans son cœur.

Bon retour dans votre cher et Beau pays. Comme vous l’aviez vous même dit lors du Coctail organisé à votre résidence de France :  » on est ensemble ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 + 8 =