FECAFOOT : les clubs amateurs de l’Ouest dénoncent les pratiques du « Coupeur de tête ».

La ligue régionale de football de l’Ouest est sans netteté  avec  l’exécutif qui dirige la FECAFOOT depuis le 11  Decembre 2021. De la suspension des dirigeants élus à la radiation des clubs, tout est bon pour assurer sa réélection.

Dans une correspondance en date du 05 Juin 2024, adressée au Secrétaire Général de la Fédération Camerounaise de Football , le collectif des clubs amateurs de l’Ouest dénonce des pratiques dont les responsables des clubs sont victimes depuis trois saisons. « Faisant suite au grand tourbillon qui ébranle le football Camerounais, notamment la cacophonie que nous voyons tous au niveau de l’instance faitière de notre football, il  y a lieu de relever pour le regretter  l’ensemble de dysfonctionnement orchestré par l’humeur des uns et des autres, et qui risquent fort malheureusement d’impacter très négativement l’avenir du football Camerounais.  En effet, depuis l’arrivée de l’exécutif actuel à la tête le de FECAFOOT, nous voulons par la présente, dénoncer les nombreuses marginalisations et frustrations dont nous sommes victimes à l’Ouest de la part des « gens d’en-haut ». Nous en voulons pour preuves, un ensemble de choses que nous vivons aujourd’hui dans notre région et qui émanent de ceux-là qui se croient tout permis ou plus forts que les textes en vigueur », précise Jean Pierre Kenmeugne,le président de l’APCAO.

Le rôle du Secrétaire général par intérim, Philipe Tabopda

Cet ancien SG de la ligue régionale de football pour l’Ouest aux faits d’armes  brumeux, a été dans la campagne électorale de Samuel Eto’o. Après l’élection de son nouvel ami, il est récompensé à travers son recrutement comme agent administratif  et sa nomination au poste de Secrétaire Général du démembrement de la FECAFOOT pour l’Ouest. Et pour contourner de manière insidieuse  l’article 39 alinéas 3 et 7 des statuts types des ligues régionales, Philipe Fodjo Tabopda y est affecté à titre intérimaire ad vitam aeternam par  le président de la fecafoot. Pour parvenir à leur fin démocraticide, ils entamèrent des grenouillages aux fins de la suspension du président élu de la ligue régionale, François Kouedem qui aura été l’un des maillons importants  de l’équipe de campagne de Seïdou Bombo Njoya, le candidat malheureux . Le coup fut un succès et celui que d’aucuns qualifient de l’Abdallah Bichi du nouveau président de la fecafoot reçut les pleins pouvoirs  pour une opération de nettoyage.

« Il s’agit en effet des nombreuses suspensions et radiations à répétition des acteurs et des équipes de football sans raisons valables , ensuite l’éloignement et la marginalisation de certains responsables par des manœuvres biens orchestrées  consistant à les empêcher de mettre des dossiers de leurs joueurs en ligne . Pour être plus précis, nous vous donnons ci-après la liste non exhaustive de l’ensemble des forfaits dont notre football est actuellement victime de la part d’un groupe savamment installé avec pour chef d’orchestre un certain TABOPDA PHILIPPE connu dans la région sous le nom, de « coupeur de têtes »

 Suspendus :

  1. Président de la Ligue régionale de football de l’Ouest ;
  2. Vice-président de la Ligue régionale de football de l’Ouest ;
  3. Présidente de la Ligue départementale de la Mifi ;
  4. Président de la ligue départementale du Koung-Khi ;
  5. Président de la Ligue départementale du Noun ;
  6. G. de la Ligue régionale de l’Ouest ;
  7. S .G . de la Ligue départementale du Koung-Khi ;
  8. G. de la Ligue départementale du Ndé ;
  9. Président de la Ligue régionale de football Corpos et Vétéran ;
  10. Président de l’équipe de vallée de BANA.
  11. Président de la Ligue départementale de FOOTBALL des Hauts Plateaux.

On le voit bien sur les huit ligues départementales de football de l’Ouest, quatre présidents sont suspendus ou radiés. Pire encore  le football amateur se joue sans licences. Un calcul simple démontre que pour les huit ligues de la Région de l’Ouest, forte d’au moins 50 équipes, 750 jeunes sont privés chaque année de leur droit de licence, et le rêve des présidents de clubs brisé, en ceci qu’ils ne bénéficieront jamais des indemnités de formation de leurs poulains le moment venu, faute de la non existence de leurs licences.

Vu sous cet angle, tout ce que nous vivons aujourd’hui ne représente Que l’arbre qui cache la forêt, et qu’on pourrait considérer comme une véritable arme à destruction massive pour notre football ».indique le collectif des clubs amateurs de la région de l’Ouest.

Dans cette correspondance avec ampliations aux SG de la CAF et  de la  FIFA, les dénonciateurs à travers  leur porte parole, relèvent la création de nouvelles équipes. Cette gymnastique du SGi de la ligue régionale de l’Ouest a pour objectif de s’assurer que tous les clubs affilés sont aux mains des hommes liges, c’est à dire un bétail électotal obéissant à Samuel Eto’o Fils, le moment venu.

« Si l’instance faitière était sérieuse, comment comprendre que pendant que ce tourbillon secoue la Région, de nouvelles équipes se créent, pour certaines même fictives, sans qu’on soit capable d’expliquer ce qui se passe exactement.

Face à toute cette situation, nous sommes au regret de relever que le football, jusque-là considéré comme vecteur de rassemblement  et d’unité des peuples tel que prôné par le chef de l’Etat est devenu à l’Ouest un instrument de division, un vecteur de rancune, un moyen d’expression de l’ego et la haine. Nous ne saurons épiloguer davantage sur le sujet : ne dit-on pas que «  trop parler, c’est maladie».Reste à appeler les uns et les autres  à prendre  chacun ses responsabilités, pour le plus grand bien de notre football, pour l’épanouissement de la jeunesse, pour la grandeur de Cameroun » concluent – ils.

© Alexis YANGOUA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 30 =