Forum de l’Institut français au Cameroun : Les propos de l’Ambassadeur GUILHOU déformés

Comme c’est le cas depuis quelques semaines, certains ennemis du Cameroun et du Président Paul BIYA tapis  pour plusieurs dans le sérail, multiplient des invectives à l’encontre  de Son Excellence Christophe GUILHOU, l’accusant de tous les maux  parfois même ceux qui concernent la gouvernance interne de notre pays à laquelle il n’est pourtant pas mêlé.

Après avoir attaqué  et lynché le diplomate français  via les réseaux sociaux et quelques journaux écrits, cette horde d’intrigants est passée à la vitesse supérieure hier soir en faisant  organiser des débats sur le plateau  de télévision LTM contre  l’Ambassadeur de France au Cameroun en déformant  ses propos tenus à l’Institut français où il a été convié  par Adisi – Cameroun comme paneliste  à un échange visant à éclairer la lanterne des gens sur certaines questions d’actualité, notamment  les fakes news. Le Diplomate a profité pour éclairer sur les sujets ayant trait aux relations qu’entretiennent la France et le Cameroun qui de l’avis du diplomate français sont au beau fixe n »en déplaise à l’armada de ses détracteurs. Détracteurs qui n’ont jamais digéré  la fréquence des audiences accordées par   le Président Paul BIYA à l’ambassadeur GUILHOU depuis sa prise de fonction au Cameroun.

Dans cette édition, après avoir présenté le contexte et le cadre du forum, la rédaction du journal Le pélican fait la lumière sur cette actualité non sans présenter, au regard des lois en vigueur au Cameroun, les risques encourus par ceux qui diffament sans façon.

A lire absolument !

Le 13/06/2022 à l’Institut français du Cameroun,  intervenait   l’Ambassadeur de France au Cameroun S.E Christophe Guilhou, comme paneliste invité à l’initiative d’Adisi-cameroun. Il était question pour les organisateurs de cet espace d’échanges, d’apporter de la lumière sur la désinformation concernant certains sujets. C’EST ainsi que que l’ambassadeur dénonce la mauvaise interprétation d’avant le forum,  de ses audiences avec le Président Paul Biya. Qu’il s’agissait là globalement du raffermissement des relations de coopération entre le Cameroun et son pays la France. Il sera d’ailleurs  réconforter dans ses propos par la presse privée camerounaise qui reconnaît de part les titres et développement, qu’il n’existe aucun problème entre la France et le Cameroun au lendemain d’une énième chasse aux sorcières derrière l’ambassadeur de France et son pays après l’audience à lui accordé  au palais présidentiel par S.E Paul Biya.

Les agents du complot de la destruction des relations France-cameroun et de la déstabilisation de l’ambassadeur Christophe Guilhou, ont eu une autre occasion de procéder par la diffamation, propagation de fausses nouvelles, l’outrage même à un corps constitué qu’est l’ambassadeur de France. Les propos de l’ambassadeur lors du forum de l’Institut français du Cameroun ont été tout simplement et consciemment comme d’habitude, déformés.

Quelqu’un qui renseigne tout simplement l’opinion sur l’interprétation qui est faite de ses audiences avec le Chef de l’Etat commet quel crime? La communication n’entre -t- elle  pas dans les missions des ambassadeurs? Aux sorties des audiences au palais de l’unité, la chaîne TV nationale ne tend pas souvent le micro à toute personnalité reçue par le Chef de l’Etat ? L’envoyee spéciale ( Ministre de l’Economie) du Président congolais n’a-t-elle pas respectée à cette pratique il y’a quelques jours au sortie du palais de l’unité ? Pourquoi cette chasse au sorcière interminable derrière le diplômate français ?

Les détracteurs qui refusent  de voir l’excellence des relations entre le Cameroun et la France, s’accrochent vainement sur des inepties parce qu’ils sont tout simplement aigris, jaloux, mécontent…de ce diplômate qui est resté loyal aux institutions du Cameroun et n’a que fait son travail et rien que son travail jusqu’ici.  Ce brillant diplomate a refusé les deals dangereux pour notre pays, et il faut nécessairement l’envoyer à la guillotine par le noircissement de sa personne et la peinture sombre de son pays. Le but étant de mettre du feu dans la coopération France-cameroun. Ces complotistes ne peuvent en aucun cas dire au grand public qu’ils interpellent devant les médias ce que la France apporte au Cameroun sur le plan économique, éducatif….

Tenez par exemple, la France par le biais de Son institution L’AFD( agence française de développement), injecte  au Cameroun 230 milliards  par an pour booster son économie. Ces fonds sont orientés vers plusieurs secteurs tels l’électricité, la santé, l’agriculture….la France participe à la politique de lutte contre le chômage au Cameroun , cheval de bataille du président Paul Biya, par la présence de plus de 200 entreprises qui emploient les milliers de camerounais. La société Bolloré que l’on taxe dans ces médias ce jour, employait les Ivoiriens, les congolais….ou les camerounais ?

En 2020 pendant que la crise sanitaire du covid 19 frappait le monde, la France est le premier pays à accorder une aide financière de 10.000.000 d’euros à l’état du Cameroun pour faire face à la lutte contre le Corona virus. La France compte plus de 100.000 camerounais sur son sol.  Le pays de l’ambassadeur français Christophe Guilhou vilipendé accorde aux jeunes étudiants camerounais 10.000 visas d’étude chaque année. Avec ces quelques exemples, pourquoi penser faire croire aux camerounais qu’il existe un problème entre la France et le Cameroun si ce n’est que les complotistes dénoncés ici?

Revenant même à quelques clichés de ce forum dans la prise de parole de l’ambassadeur, il ne s’agit que d’un rappel de l’histoire, de ce qui est connu par les camerounais.

 » Les pages sombres de l’histoire  » du Cameroun et la France sont enseignées dans nos écoles et, le diplômate déplore cela en se projetant vers un nouvel ordre dans les relations France -afrique en général. « Que l’on laisse la France tranquille »  parce que tout ce qui arrive au Cameroun c’est pas à cause de la France. La bonne gouvernance qui combat le détournement des deniers publics, n’est pas une affaire de la France. Avant l’arrivée du diplômate français actuel au Cameroun, le président paulbiya combat déjà la prévarication lorsqu’il parlait : » des bandits à col blanc ». Nous connaissons les résultats judiciaires de cette opération d’assainissement des mœurs des fonds publics au Cameroun. Qu’est-ce qui est donc nouveau sur ce qu’a évoqué l’ambassadeur lors de ce forum ?

Et nous sommes d’accord avec lui comme il le dit , qu’on doit faire notre propre introspection, au lieu de trouver les solutions à notre développement, d’aucuns ont pour déjeuner matinale et sport favori, chercher , contrôler  ce que fait l’ambassadeur, ce qu’il dit, où il va….pour faire la chasse aux sorcières complotiste.

Vivement que ces serpents laissent S. E Christophe Guilhou, l’ambassadeur de France tranquille pour qu’il continue de mener à bien ses missions.

Organiser une table ronde sur le nom de SEM Guilhou et de son pays à la chaîne de télévision LTM est une bassessse inimaginable qui nécessite la réaction forte du CNC.

Ce débat honteux et visiblement commandé à ramené  sur la table la colonisation quu a cerrrs laissé des sequelles séculaires de part et d’autres, du colonisé comme du colon. Ce qui crée des susceptibilités et des complexes dans les  expressions, les attitudes, bref des gestes de ceux qui s’entêtent à demeurer dans le passé alors qu’il est révolu.

J’en veux pour preuve la  table ronde suscitée  sur la  chaîne de télévision camerounaise LTM, pendant laquelle l’ambassadeur de France a été mangé à toutes les sauces. Que c’est dur d’être représentant de la France en Afrique en ce moment, particulièrement au Cameroun. ‘

L’ actualité, la crise économique et sanitaire, la transition… en rajoutent,  exacerbent les préjugés, remettent tout en question  et rendent  tout le monde nerveux.

La France a certes  des responsabilités au Cameroun, on ne saurait en douter. Certains la rendent à 80% autrice de nos maux. Bien sûr que c’est exagéré, au vu de la gestion calamiteuse de notre administration en générale. Qu’a à y faire la France ? C’est elle qui détourne les deniers publics, crée le tribalisme, ou forme nos fameux administrateurs  ENAM ?

Ayons le courage de nous regarder dans la glace, sans nous leurrer facilement. La France devrait lever le pied,, et lacher du lest, selon vous, pouvez vous nous dire en quoi ce pays ami ne  nous lâche pas? Les pays africains ne se feront respecter qu’en pratiquant la bonne gouvernance à tout les niveaux, en prenant leur destin en main et non en prononçant des propos attaquatoires,  belliqueux, ou diffamants à l’endroit d’un partenaire privilégié.

Les susceptibilités et les complexes des uns et des autres ne sauraient baillonner un ambassadeur et l’empêcher d’agir. Sa hiérarchie attend de lui des actes concrets. Il ne  vient pas dans un pays pour faire de la simple figuration. Ceci dit, quand la tension est à son paroxysme, il ne faut pas   pêcher par la réserve quand le silence devient devient un danger.

Dans les approches et discussions, nous devons parfois pouvoir faire table rase de la colonisation, pour mieux progresser et en sortir gagnant. Nous devons nous départir des chaînes et boulets qui nous inhibent, en sclerosant nos capacités de négociation. C’est ce qui a permis à Nelson Mandela d’aller de l’avant et d’éviter le tsunami post Apartheid. On ne va pas à  la table des négociations en ruminant les griefs du passé, ou à contrario, en mettant en exergue les acquis et autres avantages antérieurs, fussent ils justifiés ou non. Il est question dans une négociation de jeter du lest, tout en engageant de petites victoires, de part et d’autres. Le « tout ou rien » n’a jamais servi une concertation.

Pour conclure, les africains, les camerounais en particulier doivent etre pris avec des pincettes, au regard de l’actualité. La France gagnerait à réorienter sensiblement sa politique, c’est que s’évertue le Président Macron à faire.  Le sommet France-Afrique revu et organisé par le Président est une preuve irréfutable de ce que les lignes bougent vraiment.

La France  a construit avec le Cameroun des édifices solides qu’il faut preserver. Qu’on le veuille ou non, personne ne gagnerait à les lézarder. Ces édifices et autres acquis  profitent aux parties, il faut le reconnaitre, équitablement? Encore un peu d’efforts àfournir par la mère patrie. Quitte à faire, il faudrait procéder à un rééquilibrage plus juste et progressivement. Le Président Macron  à mon humble avis  a compris.

Mais dommage qu’au Mali, en Centrafrique et déjà au Cameroun,  les populations n’apprécient pas à sa juste valeur cette metamorphose et sombrent dans de l’intolérance qui à la longue ne pourront que plomber davantage la situation.

En rappel,  les Fakes News à l’origine de ces débats sont répréhensibles par la législation camerounaise.

Ces delateurs  écopent en principe  d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu‘à 2 ans et d’une amende comprise entre 5 et 10 millions de Fcfa pour l‘émission ou la propagation de fausses nouvelles. Ces mesures “sont encadrées par la législation camerounaise, notamment le code pénal, la loi n° 2014/028 du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme et la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun”. Des prisonniers ambulants

Ces panelistes d’un autre genre.

A noter qu’en politique, un procès en diffamation est délicat, car ne s’attaquant pas directement à la vie privée. Quant aux actes politiques posés par un acteur, il est plus question de délit d’opinion ou d’appréciation, qui est plus compliqué d’analyser et de cerner, car relevant du domaine public. Mais nos concitoyens gagneraient à revisiter les thèmes traités à la conférence internationale organisée par Adisi-cameroun. Le thème traité par SEM Christophe Guilhou demeure d’actualité,  ses propos encore plus pertinents.  A bon entendeur…

La manœuvre en tirs groupés des ennemis de la Nation, prétexte pris des Législatives en France.

Comment peut-on se moquer de la démocratie ? Diriger avec les partis d’opposition est certes un exercice compliqué,  mais une illustration parfaite de la démocratie chère à la France. Alors pourquoi laisser la poutre  dans son œil pour s’occuper de la paille dans l’œil du voisin?

Alors que l’on est encore à magnifier les bonnes relations qu’entretiennent la France et le Cameroun sur tous les plans, à coût de millions, certains assoiffés du fauteuil de SEM BIYA préfèrent le chaos immédiat en attaquant violemment certaines chancelleries  présentes au Cameroun, véritables gendarmes. Ces pontes  financent certains médias à capitaux privés à l’instar de ces journaux qui chaque jour flinguent  la France, son président et son ambassadeur. Seulement, la manœuvre est connue et n’émeut plus personne. Toutefois,il ne faudrait pas un seul instant perdre de vue que la France fait partie des sept État les plus puissants du Monde et que si elle voulait vraiment se mêler des affaires potico- administratives du pays, les choses ne seraient certainement pas au niveau où elles sont . Soit ! Ceux qui souhaitent que le Cameroun connaissent une situation compliquée avec la France prêchent dans le désert car il n’y aura pas de rixe entre le Cameroun et la France.

Décidément, les Camerounais sont « forts ». Ils sont connus des autres Africains pour être des fortes têtes, frondeurs invétérés devant l’Eternel. J’ai souvent assisté à des discussions entre étudiants africains en Europe, et je sais de quoi je parle. Beaucoup d’observateurs avertis et  atrentifs ne me contrediront point.

Ce qui n’attire pas toujours à nos compatriotes de la sympathie et l’amour parfait.

Soyons clairs, je fais un constat, sans forcément condamner ni encenser,  sousestimer ou surestimer qui que ce soit. Le pedantisme des Camerounais a bien souvent dérouté tout le monde.

Cette petite introduction terminée, j’en viens à mon sujet: la réaction des camerounais aux résultats des législatives françaises, après les « assauts » de certains serpents à sonnette contre l’ambassadeur de France SEM Christophe Guilhou. Nos compatriotes ont fait des législatives françaises une affaire camerounaise vraisemblablement. Ce qui est certain, nos propres élections ne font pas couler tant d’encre. Alors j’ai envie de demander à mes concitoyens « de quoi je me mêle au juste ? ». Les journaux français évoquent le Cameroun dans leurs colonnes même une fois par 2 ans? Alors ne soyons pas plus  royaliste que le Roi. Et puis, si Macron perd la majorité à l’assemblée nationale, il garde le pouvoir, même si  gouverner dans le cas d’espèce sera quelque peu agité, ce n’est pas la fin du monde.

Ce sont les ennemis de SEM Paul Biya et du Cameroun qui s’agitent ainsi car le partage des voix est signe de vitalité et de démocratie dans un pays. Ailleurs on observe très souvent Chez la majorité obèse dans les parlement  situation qui frustre énormément l’opposition.

Nous avons mieux à faire au Gata, les gars. Alors, défilez, à défaut de rompez

Phillipe Natchoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =