Randonnées Cyclistes : Un Concept de S.E Christophe Guilhou, Ambassadeur de France.

Ceux et celles qui dans les 10 régions du Cameroun, ont  soit vécu ou soit bénéficié de la randonnée cycliste pensée par  SEM Christophe Guilhou, l’ambassade de France au Cameroun, s’interrogent sur la pérennité d’une telle initiative.

Depuis son arrivée au Cameroun courant 2019, SEM Christophe Guilhou comme on dirait de Magellan, a fait le tour du Cameroun à vélo, le cyclotour, avec dans sa suite des chefs d’entreprises françaises et camerounaises ; aussi des partenaires individuels discrets et d’autres relevant de la Société Civile, sans oublier des nombreux journalistes. Accompagné par l’association des Mariannes de l’Ambassade de France, l’association Ascovime, l’association Douala Vélo Club  et  l’orchestre officiel de la randonnée de Monsieur l’Ambassadeur « la Fanfare »  véritable  maître d’œuvre de l’événement.

En véritable pèlerin, S E. Monsieur Guilhou organise des échappées « A la découverte des villes et villages du Cameroun ».

Un moment de sport,  du social,  du tourisme, de culture  et de santé  avec Monsieur l’ambassadeur, le maillot jaune imbattable sur tous les tours. Un instant d’éco-tourisme; SEM Christophe Guilhou peut se targuer d’avoir connaissance de presque tous les grands sites touristiques du Cameroun. Son initiative a ainsi permis à sa suite de découvrir le Cameroun touristique et culturel  dans sa diversité. Les retombées économiques sont significatives car à toutes les étapes, quelques acteurs économiques se sont frottent les mains, des recettes à la hausse. Et si la randonnée était un clin d’œil que l’ambassadeur de France faisait à ces 5 départements ministériels, on verrait une autre forme de contribution directe aux secteurs suscités avec l’aide des  sponsors incontournables.  Chapeau bas à tous ces partenaires fidèles des randonnées.

La randonnée  sur son plan social:

Dans la suite de SEM Christophe Guilhou, il n’y a  pas que des cyclistes à la découverte du Cameroun profond, c’est aussi une caravane de dons pour des enfants nécessiteux. Il y en avait toujours à profusion à distribuer aux bénéficiaires que les Mariannes ont toujours  pris soin de réunir et d’empaqueter en leur sein. Cette activité toujours  assurée par Les Mariannes, une Organisation de la Société Civile donne du sourire à beaucoup de familles.

La randonnée sur son plan santé:

Dans toutes les étapes,  la population a bénéficié des soins gratuits,  activité assurée par l’association Ascovime: Des nombreux malades opérés à toutes les étapes.

La randonnée sur son plan culturel :

Pendant ses randonnées, outre le fantastique orchestre officiel « Fanfare » toujours fidèle qui impressionne la population par ses mélodies diversifiées, des groupes de danse se produisent démontrant leur talent d’artistes.

La randonnée sur son plan tourisme :

Le Concept Guilhou permet de découvrir des villes et des villages du Cameroun profond, aux paysages charmeurs.

La randonnée sur son plan Sport:

La pratique du sport pendant ces randonnées est l’activité  phare. On a vu des ministres de la République reprendre leur vélo pour pédaler, des nombreux directeurs généraux des sociétés sur leur vélo aux côtés du diplomate et des nombreux cyclistes rompus à la tâche.

« L’idée était de faire quelque chose autour du vélo à la fois pour le sport, le tourisme, la santé et aussi du social » avait indiqué l’Ambassadeur Christophe Guilhou.

Ce que d’aucuns avaient qualifié de « balade du diplomate », avait été une occasion pour certains conseillers municipaux et régionaux, ainsi que les parlementaires, d’échanger de manière relaxe mais sérieuse aussi, avec le diplomate français et sa suite, sur des sujets variés; cas de la commune de Foumban à l’ouest du pays. A Dschang, des centaines d’étudiants avaient reçu des dons de l’Association Les Mariannes en même temps qu’une cérémonie à l’esplanade de l’Alliance Franco Camerounais, ils avaient soumis quelques doléances à Monsieur l’Ambassadeur.

Puisque SEM Christophe Guilhou est un ambassadeur, c’est-à-dire appelé à connaitre une fin de séjour au Cameroun, la question de la pérennisation de cette initiative se pose, notamment  en terme de sa transformation en projet. A t-il pensé à la suite, possible de trouver un Commandant en Chef aussi perspicace et travailleur ?  Le temps nous dira.

Revenons sur le  clap de fin  par le Grand Nord

L’Ambassadeur de France et son équipe ont bouclé la série par le Septentrion la semaine dernière. Une activité qui aura marqué les esprits des mois durant et qui aura impacté positivement le quotidien des populations.

Monsieur l’Ambassadeur de France au Cameroun, S.E Christophe Guilhou, a été sans ambages, parlant de la randonnée cycliste dans la partie septentrionale du Cameroun. Une étape qui était d’une importance capitale pour des raisons diverses. Il s’agissait pour lui d’aller à la découverte d’une région à la fois fascinante et très belle. Une région qui, selon ses propres déclarations, compte au Cameroun puisque c’est un réservoir énorme des populations, et c’est une région qui fait face à des défis, et la France accompagne le Cameroun pour le développement de cette région pour lui permettre d’affronter ces défis.

Du 25 au 30 mai 2022 en effet, la traditionnelle randonnée cycliste, s’est déployée dans la région septentrionale du Cameroun. Outre l’aspect touristique et sportif, il a été question de visiter un certain nombre de projets financés sur le terrain dans cette région par la France pour améliorer le quotidien des populations. Même si le diplomate n’a pas fait toutes les étapes prévues du fait du calendrier assez chargé, appelé d’urgence par S.E Paul Biya, pour un tête à tête  à coup sûr bénéfique pour notre pays, le reste de la délégation a tenu à respecter à la règle le programme, qui l’a conduit à l’Extrême-nord, dans le Nord et dans l’Adamaoua. Avec en tête pour représenter Monsieur l’Ambassadeur empêché, Monsieur Lorvo, le très remarquable Directeur de l’Institut Français du Cameroun.

Ces périples ont permis non seulement d’aller à la rencontre des autorités locales et les populations, mais aussi de visiter les projets qui sont menés sur le terrain par l’agence française de développement.

D’habitude, dans le cadre de cette activité, du moins depuis son lancement, une région constitue une étape. Mais la particularité de cette sixième étape du cyclotourisme c’est le jumelage de toutes les trois régions du Septentrion en une étape. « C’est une question plutôt pratique parce que se rendre dans le Nord et ensuite dans l’Adamaoua c’est une projection assez compliquée à mettre en œuvre. C’est pour cela qu’on s’est dit, autant arriver à Ngaoundéré, et ensuite remonter vers le Nord, dans l’Adamaoua », rassure l’Ambassadeur Christophe Guilhou, qui réitère à toutes fins utiles, les objectifs de ce mouvement. Il s’agit bien évidemment de l’objectif sportif avec la mobilisation sur la route du tour des cyclistes venus de Douala vélo club. L’objectif numéro 2 c’était celui de partir à la découverte de ces très belles régions, des sites touristiques les plus intéressants, à l’effet de mettre en valeur les potentialités du Cameroun. Et puis, le 3e objectif, le principal, c’est celui de venir les mains pleines, au profit des populations, à la fois en matière humanitaire, également en matière de santé. « C’était une très grosse mobilisation, puisque à travers l’association les Mariannes, c’est une association qui dépend de l’Ambassade, avec les bénévoles, elles ont réussi à rassembler les dons pour plus de 3000 familles. 3000 familles ont bénéficié des dons qui ont été collectés par les Mariannes. Et ces familles ont bénéficié des dons en matière de riz, de pâtes alimentaires, des sardines, des fournitures scolaires. 3000 familles représentent en moyenne 6000 à 7000 bénéficiaires grâce aux Mariannes », relève son excellence Christophe Guilhou.

 

BILAN POSITIF

Un autre aspect concernant l’humanitaire dans cette activité, c’est la prise en charge gratuite des soins pour plus de 1000 personnes. Il a été question dans cette région, à travers Dr Bouele et toute son équipe, des questions de santé. Ils ont consulté, examiné les personnes qui se sont présentées à eux pendant tout le weekend. Toutes ces personnes dans ces régions un peu plus reculées de Garoua ont bénéficié de soins gratuits. Des soins pour les yeux, des soins dermatologiques, des soins chirurgicaux etc. Tous ces objectifs concourent précise-t-on, à faire de cette initiative quelque chose d’assez remarquable grâce à la mobilisation à la fois des volontaires, mais également des partenaires, de plus en plus nombreux. D’où les remerciements de monsieur l’Ambassadeur.

À l’heure du bilan, l’on ne peut que se réjouir de cette initiative qui, des mois durant, a permis de toucher du doigt un certain nombre de réalités, renforçant de ce fait l’excellente relation entre la France et le Cameroun. « Nous avions commencé ici à Ngomezap dans la région du Centre juste avant la Covid-19. Le bilan, je tire de tout ça un souvenir, la chaleur, l’accueil des populations qui nous accueillent chaque fois. À la fois le long des routes, ces enfants, ces femmes, ces hommes, qui nous applaudissent, qui nous encouragent, malgré les défis. Et puis la chaleur de l’accueil dans les différentes localités. Dans beaucoup de régions j’ai été fait notable et ça me procure une certaine fierté. Je sens que quand je suis fait notable dans telle ou telle autre localité il y a une immense fierté des populations et des responsables. Là aussi c’est quelque chose que je vais garder encore pour très longtemps et puis le 3e souvenir c’est celui de tous ces gens qui remercient pour ce genre d’opportunité et qui sont très contents que Ascovime puisse leur venir en aide, ces chirurgiens qui se mobilisent et qui soignent gratuitement, toutes ces écoles, ces orphelinats qui bénéficient des dons, ces familles qui repartent avec les fournitures scolaires pour les enfants entre autres(…) Quand j’ai commencé ça je ne savais pas que ça prendra de l’ampleur. Nous avons commencé quasiment par une demi journée, juste avant la Covid en mars 2020. Et on m’a dit monsieur l’ambassadeur c’est une super idée, on est prêt à vous accompagner, on est prêt à se mobiliser, et donc on a rajouté à la fois de la distance et nous avons rajouté les étapes. Nous avons commencé par une journée à Ngomezap, nous sommes passés à deux journées à Kribi, nous avons passé trois journées dans l’Ouest, trois journées dans l’Est et quatre journées dans le Nord et dans l’Adamaoua. C’est un véritable défi logistique, parce que notre caravane il faut en avoir conscience, ça a été jusqu’à 250 personnes. Donc, il faut transporter jusqu’à 250 personnes. Il faut nourrir 250 personnes, il faut les héberger. Et tout ça grâce aux entreprises sponsors et les médias qu’on est très content d’avoir avec nous et qui mettent en valeur la chaleur des populations (…) Une image de proximité qui fait honneur à la population et de tous ceux qui sont avec nous dans le vélo », se réjouit Christophe Guilhou.

 

Philippe Natchoum  et  Sébastien ESSOMBA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 17 =