SDF : Le NEC du 23 Juillet 2022 ou la rampe de la nouvelle ère.

Respectivement les 22 et 23 Juillet 2022, les membres du Shadow cabinet du SDF et ceux du Comité Exécutif National se réuniront à Yaoundé. Ces moments sont très  attendus.

Ces rencontres sommes toute statutaires interviennent dans un contexte marqué par quelques tumultes, se traduisant par la déclaration de certains cadres réunis à Mbouda le 22 Juin 2022 et par le boycott du NEC du 14 Mai 2022 par certains « dignitaires » du partis, y compris le SG sortant l’honorable Jean Tsomelou qui avait pourtant pris soin de signer la convocation dudit NEC, au cours duquel mandat avait été donné au Président National de procéder aux nominations en vue de remplacer les membres décédés ou démissionnaires, ainsi qu’au Shadow Cabinet.

Les nominations rendues public le 16 Juin 2022 à travers une conférence de presse tenue au siège du parti à Yaoundé, va soulever l’ire d’un groupe de 27 cadres baptisé G27. C’est à  Mbouda dans le département des Bamboutos qu’ils vont se retrouver  le 22 Juin 2022 pour accorder leur violon sur la stratégie de contestation. Dans le rapport de cette rencontre, le G27 va suggérer voire exiger la tenue d’un NEC pour débattre de ses  préoccupations.

Le NEC qui se tiendra inéluctablement le 23 Juin à Yaoundé servira – t- il de prétoire dont plusieurs membres du G27 souhaiteraient avoir ? Rien n’est moins sûr, d’autant qu’il s’agit d’une rencontre ordinaire. Toutefois, rien n’indique aussi que les nominations querellées ne  seront pas soumises à la validation du NEC. Ainsi, les contestataires  pourraient en profiter pour  faire prévaloir leurs arguments.

Au-delà des attentes par rapport aux différends sus évoqués et dont la résolution  incombe au NEC, l’attention est aussi focalisée sur le Shadow cabinet qui se réunit le 22 Juillet. Sorte de premier conseil ministériel après l’ajustement fait le 07 Juin et publié le 16 Juin 2022 par Chairman du parti. De l’avis d’un bon nombre de militants et sympathisants du SDF,  cette  séance de prise de contact et d’échanges entre les membres de cette commission permanente du parti, est une première depuis plus d’une vingtaine d’années. Ces derniers l’ont d’ailleurs perçue comme étant un avant goût à la refondation tant souhaitée. Ces hommes et femmes, membres du Shadow qui,  pour la plupart  sont des spécialistes dans leurs commissions respectives, devront  s’accorder sur les propositions de solutions aux divers problèmes dont les camerounais font face. Entre autres la pénurie de carburant qui récemment, a fait l’objet d’une publication du Dr Louis – Marie Kakdeu, le Shadow cabinet en charge de l’économie.

« Au moment où certains citoyens se préoccupent d’un supposé conflit entre  clans au sein de notre parti, il y a des camarades qui font renaitre les vraies valeurs de la social – démocratie. C’est-à-dire l’Etre humain au centre des préoccupations. Toute chose qui avait disparu à cause de l’égoïsme de certains d’entre nous. Aujourd’hui sous l’impulsion subtile de ceux qui dirigent le parti, les camarades malades et déclarés sont soutenus, la famille des décédés sont soutenus, aussi financièrement. Bref, une chaîne de solidarité s’est subitement développée au sein du SDF.  Avant, certains camarades sont partis par ce qu’ils n’ont pas reçu le minimum d’assistance, alors qu’ils avaient des maires et députés dans leurs circonscriptions politiques. Le parti n’est pas une assistance sociale, ce n’est pas ce que je dis. C’est toujours bien de sentir la présence des siens lorsqu’on est en difficulté. Nous sommes africains ; il ne faut jamais l’oublier. Le Shadow peut penser à une mutuelle de santé, pourquoi pas ? » Le témoignage sous fond des  attentes de Jean, un militant du SDF.

Au delà de cette guéguerre qui tend à empoisonner la vie du parti, il reste que les enjeux sont énormes tant au plan national qu’au plan local. Notamment l’aboutissement des opérations de renouvellement des structures de base du parti, prélude de la tenue de la convention nationale en 2023.

Quoiqu’il en soit, les uns et les autres doivent saisir ces opportunités pour taire leurs égos. En cela, les propos du porte-parole du G27,  Parfait MBVOUM sont lourds de signification; lui qui a déclaré récemment sur la chaîne de télévision STV  « qu’il n’est pas question de démissionner du SDF ».

© Alexis YANGOUA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 3 =