Visite de Macron au Cameroun : Les vérités du SDF aux parlementaires français

Aux côtés d’autres partis politiques y compris le RDPC, le SDF a pris part à la rencontre avec les parlementaires français , arrivés dans suite du  président Macron ,en  visite de rattrapage au Cameroun. Le Chairman Ni John Fru Ndi y était représenté par Maître Adeline Lord Djomgang, la Secrétaire Général du parti.

Le Social Democratic Front(SDF) est membre l’International Socialiste ; il prône le fédéralisme. C’est par ces précisions pleines de signification  que Maître Adeline Lord Djomgang, la Secrétaire Général du parti du 26 Mai 1990 a introduit ses propos après qu’elle ait adressé les civilités de son Président National aux illustres hôtes.

La crise socio politique qui sévit dans les régions du Nord – Ouest et du Sud – Ouest ; il fallait commencer par là afin que les parlementaires qui représentent le peuple français, parfois ignorant des faits et actes de leurs dirigeants, puissent en savoir davantage. Sur le plan politique, c’est un truisme, le SDF est  la formation politique qui en paye un lourd tribut. « S’agissant de la crise dans les régions du nord-ouest et sud ouest, le SDF  qui a son siège dans l’un des chefs lieux des deux régions en crise a évoqué une préoccupation qui est la suivante : l’histoire du Cameroun étant intimement liée à celle de la France ; et la crise qui sévit dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest depuis 2016 trouve ses origines lointaines dans la période coloniale durant laquelle la France et le royaume uni ont conjointement exercé la tutelle des Nations Unies au Cameroun. Je dis bien « origine lointaine » car je ne peux ni dédouaner, ni ignorer la responsabilité des deux régimes qui ont dirigé le Cameroun depuis les indépendances (Ahidjo et Paul Biya) sans l’ombre d’aucun doute, leur gestion approximative du double héritage linguistique et culturel est l’une des causes directes de la situation actuelle dans les deux régions »  a indiqué la SG du SDF.

Avec la verve douce mais incisive qu’on lui connait, l’intrépide Me Adeline Lord Djomgang n’ira pas avec le dos de cuillère pour situer la responsabilité du pays de Macron « Toujours est-il que la France est considérée par la majorité des anglophones comme s’étant rendue complice de la marginalisation et de la tentative d’assimilation dont ils ont fait l’objet. Au regard de ce qui précède, du poids de l’histoire et de la perception actuelle d’une partie des camerounais, quel rôle entend jouer la France votre pays pour contribuer au retour de la paix dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest ? Que ce soit au plan diplomatico- politique ou au plan socio-économique? »

Aux élus, c’est-à-dire des acteurs à même de saisir avec aisance  les méfaits d’un système électoral inique,  par ce que piégé au bénéfice de ses concepteurs, la représentante du Social Democratic Front a partagé avec les parlementaires français, les réalités électorales camerounaises.  « Le problème du processus électoral qui est celui de l’absence de biométrie totale, car la biométrie n’est existante qu’à l’inscription sur les listes électorales et non lors du déroulement des élections et les actions subséquentes qui devraient être biométriques et permettre la comptabilisation automatique des voix ».

© Alexis YANGOUA

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =