UDC: le retour des JRRE

La littérature et les Objectifs de développement durable étaient au centre des discussions qui se sont tenues le 23 Novembre 2023 à Yaoundé, dans le cadre du redémarrage des Journées Républicaines de Réflexion et d’Echanges.

Tribune de débats républicains instaurée en 2011 par l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) au travers de son Président Fondateur le Dr Adamou Ndam Njoya, de regrettée mémoire;  les Journées Républicaines de Réflexion et d’Echanges réunissent les trois catégories d’acteurs dans la société, a savoir la classe politique, les médias et la société civile, autour des concepts qui renferment tout ce qui élève, et donne du sens à la vie, pour chaque personne et pour toutes les collectivités.

La causerie du Jeudi 23 Novembre 2023, à l’École Africaine d’Ethique (EAE) logée dans le siège social de l’UDC, s’est tenue autour du thème « Pourquoi écrire: quelle est l’utilité de la littérature dans l’atteinte des objectifs de développement durable »

Une question qui a réuni non seulement les cibles qui ont fait le plein de la salle, mais aussi un panel de haut vol, constitué d’acteurs relevant de la société civile, Samuel Nzietchueng, Ingénieur agronome par ailleurs Docteur des Sciences naturelles et ancien Professeur Associé de Biologie &Pathologie végétales (CUDs, Universités de Yaoundé et Dschang) ; Lietmbouo jonas, auteur de  ‘’Mfopou aboubakar : un maire aux réalisations incontestables’’ ; aussi de la sphère politique, le Dr Njoya Oumar, enseignant d’Université, Retraité avec son ouvrage ‘’Dr Adamou Ndam Njoya, Héros de la révolution démocratique Bamoun. Essai socio-anthropologique du changement social’’. Le monde de la presse y était représenté par Léopold N Dassi, Journaliste en service au Quotidien Le Messager et écrivain.

Les exposés ont mis en exergue les fortes potentialités et aptitudes dont disposent les écrivains camerounais, dans le processus de réalisation des Objectifs de développement durable.

« C’est une culture qui nous manque quelque fois dans notre société et qui pourtant aujourd’hui, avec les défis des nouvelles technologies qui semblent éloigner, que ce soit les enfants, que ce soit les parents, de cet exercice de lecture ou d’écriture, qui finalement est important dans la sauvegarde des héritages comme nous le savons, l’importance des archives, le devoir de mémoire » a expliqué l’honorable Tomaïno Ndam Njoya, le Responsable des programmes à l’EAE

J. Ndongo

« La littérature impacte le développement durable sur la durée. Nous contribuons en apportant un petit grain dans un bout de sédiment qui devrait sur le long terme, permettre que ce développement durable soit assis sur les bonnes bases » Samuel Nzietchueng, Ingénieur agronome par ailleurs Docteur des Sciences naturelles et auteur de l’ouvrage ‘’Recherche agronomique et agricultures vivrières au Cameroun. 50 ans de balbutiements, de progrès et de tâtonnements (1965- 2015)’’.

Propos recueillis par Alexis Yangoua

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =