Augmentation des prix du carburant : Réaction de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) ; Hon. TOMAINO NDAM NJOYA/ PN

Déclaration de l’Union Démocratique du Cameroun suite à l’augmentation des prix du carburant

Le Gouvernement a procédé ce jour, 31 Janvier 2023 à travers un Communiqué signé par le Secrétaire Général des Services du Premier Ministre, à l’augmentation des prix du carburant à la pompe avec effet à compter du 1er Février 2023 à minuit.

Selon ce Communiqué lu sur les antennes de la Radio nationale, le prix du litre de Super passe de 630 FCFA à 730 FCFA ; soit une augmentation de 100 FCFA en valeur absolue par litre, et de 15,8% par litre en valeur relative. Le litre de Gasoil passe de 575 FCFA à 720 FCFA ; soit une augmentation de 145 FCFA par litre en valeur absolue et de 25, 22% en valeur relative par litre. Parallèlement à ces mesures aggravantes de l’inflation et donc de réduction du pouvoir d’achat des consommateurs dans un contexte où le Gouvernement n’a jamais réussi à infléchir la courbe de la vie chère qui continue à frapper très durement nos ménages, le Gouvernement annonce une revalorisation salariale de 5,2% dans la fonction publique et se propose de faire passer le SMIG de 36 270 FCFA à 41 875 FCFA ; soit une augmentation envisagée de 5 605 FCFA en valeur absolue et 15,45% en valeur relative. L’UDC rappelle que le Gouvernement opère ces augmentations seulement un mois après le message du Chef de l’Etat à la Nation le 31 Décembre 2022 où, évoquant le défi de l’approvisionnement continu du marché national en carburants dans un contexte de conjoncture économique défavorable du fait de certains chocs exogènes, le Président de la République avait dit avoir instruit le Gouvernement «d’étudier toutes les options permettant de stabiliser les prix à leur niveau actuel, et de préserver le pouvoir d’achat des consommateurs ».

L’UDC condamne ces contradictions devenues trop récurrentes entre les annonces du Président de la République et les faits contraires qui se produisent par la suite, portant ainsi un coup à la crédibilité de la parole présidentielle et au respect de l’image de notre pays qui y est logiquement liée. S’agissant des mesures d’augmentation des prix de certains produits pétroliers, l’UDC regrette que, 63 ans après l’indépendance de notre pays, le Gouvernement persiste dans les solutions conjoncturelles somme toute génératrices d’inflation et dont économiquement et socialement asphyxiantes à la préoccupante problématique d’approvisionnement rationnel du marché national en produits pétroliers alors qu’il faut plus que jamais lui trouver des solutions structurelles.

En effet, la vulnérabilité du Cameroun, pays producteur de Pétrole aux fluctuations mondiales du cours du baril de pétrole, n’est que la conséquence du choix stratégique suicidaire de produire et exporter le pétrole lourd que nous ne consommons pas, et d’importer en retour, le pétrole léger que nous consommons. Le montant de la dépense publique liée à la subvention des produits pétroliers consentie chaque année par l’État, aurait largement pu couvrir à suffisance le coût nécessaire de l’investissement à réaliser pour une raffinerie capable de produire directement ce dont le marché national a besoin.

Pour ce qui est de la revalorisation salariale de 5,2% en moyenne dans la fonction publique, l’UDC redoute que cette mesure ne soit grandement insuffisante pour juguler les effets du renchérissement général des prix sur le marché que pourra logiquement entraîner l’augmentation des prix des carburants lorsqu’on sait que le prix des carburants est un paramètre structurant du niveau général des prix sur le marché.

L’UDC soutient que le Gouvernement peut et doit faire mieux pour sauver le panier de la ménagère non seulement par une meilleure revalorisation salariale, mais aussi par les appuis concrets à la production locale et à l’approvisionnement facile de nos marchés en denrées de consommation courante.

Dans cette perspective et redoutant les effets néfastes des mesures prises par le Gouvernement sur la paix et la stabilité sociales, L’Union Démocratique du Cameroun, UDC, invite le Gouvernement à ouvrir sans délai, un véritable dialogue direct avec les principaux acteurs du secteur de production, la société civile et les acteurs politiques en vue d’harmoniser la compréhension de la situation et la recherche des solutions concertées pour un meilleur contrôle de la situation qui est suffisamment délicate.

Fait à Yaoundé, le 31 Janvier 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =