Bafoussam : les autorités laissent faire

L’obstruction de la descente du Marché A de Bafoussam ne devrait pas être tolérée par les pouvoirs publics et l’autorité municipale.

Les autorités administratives et le maire de ville de Bafoussam, somnolent devant le désordre qui s’est installé sur le long de l’axe principal du marché A de la ville ; notamment entre le tronçon dit carrefour Biao – Total d’en bas. Un stationnement de moto s’est  créé à l’entrée « Dubaï », j’ajoutant aux nombreux  étals qui auraient dû être mobiles. Ces installations irrégulières  de par et d’autre, n’ont laissé que le 1/3 de la chaussée aux piétons et aux véhicules. Tout au long de ce stationnement improvisé des motos taximen, le piéton doit coupler  vigilance et  prudence pour ne pas être coincé entre les véhicules en circulation et les engins à deux roues qui quittent leur gare, après avoir embarqué le(s) client(s).

Non seulement la masse d’humains et d’engins illégalement placés à cet endroit, y occasionne le désordre « urbain », elle s’expose également aux accidents souvent enregistrés dans nos villes. Un camion qui perd le contrôle de son système de freinage au sommet, pourrait à cet endroit créer des dégâts humains et matériels considérables.

Déguerpir les occupants de ces lieux est certes une tâche herculéenne et peut être sisyphéenne, mais les autorités administratives et le maire de la ville de Bafoussam doivent y parvenir pour prévenir le pire. Entre lutter contre le désordre et éviter un éventuel carnage ; et se garder de mettre un bétail électoral à dos, le maire Roger Tafam et le préfet de la Mifi ont peut être choisi de ne pas être ce mouton noir par qui passera le mécontentement de certains citoyens, synonyme de risque de l’échec du  RDPC dans le département de la Mifi en 2025.

©  Alexis Yangoua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 16 =