Visite du Président Macron au Cameroun: La jalousie provient de l’incapacité.

Alors que le Monde entier se réjouit de la réussite de la récente  visite officielle du Président Macron au Cameroun, elles sont une poignée ces personnalités qui, tapies dans le sérail ont juré de faire la peau à l’artisan principal de cette réussite de la visite du Chef de l’État français en terre camerounaise à savoir Son Excellence Christophe GUILHOU.

Elles qui, dans leur stratagème de fragiliser le Président Paul BIYA en cette période où plus que jamais on parle de succession au sommet de l’État, ont voulu créer des tensions entre la France et le Cameroun en arguant que le  premier pays  cité  s’immisçait dans les affaires internes du second. Malheureusement pour eux, la récente visite du Président Macron au Cameroun est  venu rabattre le caquet tant des véritables ennemis de la République que de la relation France – Cameroun. Seulement, ces agitateurs ne démordent pas. Une vidéo dont le contenu laisse à désirer concernant les intérêts des deux pays, et attribué à Son Excellence Christophe GUILHOU est devenue virale et fait le tour des réseaux sociaux. On aurait pu répondre à ces ignares par un coup de silence. Que non, on va mettre balle au centre.   En rappelant que de  pareils  actes sont punis par la loi au Cameroun, la rédaction du journal Le Quotidien vous propose la tribune de son Rédacteur en Chef et Directeur de publication par intérim, Germain Willy Abena qui  dénonce cette manœuvre ubuesque non sans prévenir les auteurs sur les risques encourus en s’engageant dans cette voie déstabilisatrice d’une personnalité qui a servi son pays au Cameroun avec honneur et fidélité. Le passé est révolu il faut le noter, et la France s’est engagée sur un partenariat gagnant-gagnant avec le Cameroun,  n’en déplaise aux aigris jaloux.

VISITE DU PRÉSIDENT MACRON AU CAMEROUN (Suite)

La récente visite du Président Macron au Cameroun reste toujours vivace dans les esprits : heureusement, dans les esprits positifs et constructifs pour consolider l’avenir; malheureusement, dans les esprits chagrins et retors qui ressassent pour perpétuer le mal par le mensonge, la délation, le dénigrement, et j’en passe.

Il est compréhensible de penser tout ce que l’on veut. Mais avant de traduire en paroles ses pensées et les prononcer, il est juste, réfléchi de s’assurer de leur véracité, et se poser judicieusement la question de leur utilité. Cette précaution permet d’éviter de verser dans la manifestation d’une jalousie viscérale et mal maîtrisée. Ce n’est parce que vous n’aimez pas une personne, que vous allez la descendre injustement, en cherchant à entraîner l’opinion dans votre délire. C’est pour cela que la sagesse commande de tourner sa langue sept fois avant de parler, surtout qu’il y a généralement loin de la coupe aux lèvres.

Revenons à nos moutons. L’honorable

Dr Me Fostine Fotso précédemment dans une autre tribune, saluait le dévouement de son compatriote sa Majesté Yannick  Noah pour son implication remarquable mais pas forcément (en tout cas pas visiblement) saluée à sa juste valeur, lors de la visite de SE Macron au Cameroun. Il y en a qui, à contrario, ont préféré verser dans la critique facile. Incapables de reconnaître les efforts déployés pour le succès de cette visite, essentiellement par l’Ambassadeur de France, Monsieur Guilhou, ils ont une fois de plus choisi de le salir inutilement.

Je fais allusion à cette vidéo fake qui circule sur la toile depuis quelques jours. Cela saute aux yeux, elle est montée, aucun doute. Par la manipulation et  la superposition des voix, l’article sonore prête des propos à Monsieur l’Ambassadeur, propos qui vont clairement à l’encontre de sa mission régalienne, à savoir défendre son pays, la France. Le Docteur Maître Fotso a eu à rappeler dans une autre tribune, que Monsieur l’Ambassadeur a toujours essayé de concilier au mieux les intérêts français et camerounais. Mais de là à lui prêter la velléité dans la vidéo d’encourager les Camerounais à défendre leurs intérêts en s’attaquant aux institutions et à la constitution, il s’agit d’un mensonge d’une ineptie incroyable. Il faut être dénué du minimum de bon sens pour penser à une telle haute trahison. Les auteurs d’un montage aussi grossier que grotesque n’en mènent pas large. Il s’agit là de croque-morts à l’agonie, ceux-là mêmes qui distraient la fortune publique, et foulent tous les jours au pied les intérêts supérieurs du peuple camerounais. Ils voient d’un mauvais œil les bonnes relations entre le Cameroun et la France, deux pays amis qu’ils voudraient dresser l’un contre l’autre, au profit de desseins inavoués et profondément égoïstes. Ils veulent certainement faire diversion, pour détourner les regards de leurs crimes de mœurs, de gestions économiques,  financières… Au lieu de demander à Monsieur l’Ambassadeur Guilhou de faire le boulot qui devrait être le leur, ils gagneraient d’abord à faire preuve de bonne gouvernance, de respect envers le peuple camerounais souverain, et de loyauté envers le Président BIYA qui leur a fait confiance. Au lieu de cela, ils le trahissent allègrement sans vergogne, et lorgnent vers son fauteuil présidentiel. Allons ! Qu’ils ne nous prennent pas pour des gens qui confondent les vessies et les lanternes. Leurs subterfuges n’échappent à personne, et ils seront démasqués sans coup férir à chaque fois.

Si S.E. Guilhou a refusé de tremper dans leurs magouilles, notamment en refusant de délivrer des visas pour tourisme sexuelle en France, et autres visas de complaisance pour leurs petits copains, qu’ils ne fassent pas l’amalgame avec les intérêts supérieurs des états. Pourquoi veulent-ils l’amener à prendre position dans leur quête du pouvoir ? Ils lui en veulent au point d’accompagner le reste de son séjour diplomatique avec des insanités pour nuire à la suite de sa carrière. Décidément, il était hors de question de prolonger ce séjour au bled Cameroun. Mal en prend à ces aigris, au regard du grand succès qu’a connu la visite de Macron au Cameroun. L’illustre hôte a, visiblement apprécié et grandement les efforts et initiatives de son Ambassadeur, avec qui, il s’est beaucoup entretenu, jusque dans la voiture. Parlant du MRC, tout le monde sait que son leader a demandé par courrier et en vain  le rappel du digne diplomate depuis plus de 2 ans. Il a même été recalé pour dossier incomplet dans la demande d’un visa français,  alors ne salissez pas S.E. Guilhou avec ce mouvement des forcenaires qui fuient des élections libres et versent par la suite dans le populisme.

Il est donc  porté à l’attention de l’opinion nationale et internationale qu’une vidéo devenue virale et prétendument attribuée à S.E Christophe Guilhou Ambassadeur de France au Cameroun, circule sur l’espace virtuel ( la toile), à la quelle sont endossées des déclarations inexactes et  infondées.

Que l’objectif machiavélique des personnes tapies derrière cette  vidéo montée de toute pièce, est de noircir l’image de marque de la France en général et son Ambassadeur en poste au Cameroun. Ce qui induit incontestablement à une ambition de déstabilisation des relations d’amitié historiques, de fraternité entre le Cameroun et la France.

L’Ambassadeur de France tient par exemple à démontrer des incongruités de ce montage-video en ce qui concerne le cas Maurice Kamto. En 2020, une pétition avait été initiée par ce dernier dans le but de demander à S.E Emmanuel Macron son  rappel du poste diplomatique au Cameroun, le motif étant que qu’il avait osé rencontrer le Président Paul Biya le 16/04/2020 comme chaque fois,  pour faire un point sur les relations bilatérales franco-camerounaise.

Qu’il serait donc impensable de croire à une quelconque amitié avec une personne qui recherche à tout vent Votre chute.

Sans revenir à tout le reste de tissu de mensonge véhiculé par ladite vidéo, l’Ambassadeur de France crois toujours à l’Etat de droit qu’est le Cameroun en évoquant en rappel, la législation Camerounaise concernant la répression contre l’émission et la propagation de fausses nouvelles (Fake news). C’est ainsi que la loi N°2010/012 du 21/12/2010 relative à la cyber sécurité et criminalité réprime ces actes d’un emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans et d’une amende comprise entre 5 et 10.000.000fcfa. Le code pénal Camerounais va loin en son article 113 avec un emprisonnement de : » trois(03) mois à trois (03) ans et d’une amende de cent mille (100.000) à deux millions (2.000.000) de francs » celui  qui publie un document, qui propage de fausses nouvelles.

Au nom de l’Ambassade de France au Cameroun, son Ambassadeur S.E Christophe Guilhou, se réserve le  droit de saisir les autorités judiciaires compétentes  pour que justice soit faite et pour préserver les relations d’amitié qui existent depuis la nuit des temps entre le Cameroun et la France.

Source ; Le Quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 21 =